Le début de la fin

Suite aux deux derniers blogs ayant un aspect plutôt touristique, vous vous demandez peut-être comment avance le travail à Dongobesh. Voici les dernières nouvelles.

Beaucoup de choses se passent en même temps ces temps-ci. On sent que la fin approche. La semaine passée, les fermiers ont terminé leur travail de creusage et de nivelage sur les côtés du canal. Ils étaient bien contents d’avoir terminé et nous aussi, nous étions contents de tout le travail qu’ils avaient accompli dans le cadre de ce projet. Ils devraient revenir seulement la semaine prochaine pour le grand nettoyage du canal et de ses berges.

Notre contremaître et ses artisans ont, eux aussi, bien travaillé ces deux dernières semaines. Les canaux secondaires sont complétés, à l’exception des boîtes de division de l’eau qu’il reste à construire en amont de chaque canal secondaire. Nous sommes encore bloqués sur la grosse roche à la fin du canal principal et presque tout a été essayé : coups de masse, perceuse (pas assez puissante), choc thermique à l’aide d’un feu… Nous allons voir les options qu’il nous reste à Arusha, mais il est possible que nous devrons la contourner.

La saison des pluies est officiellement arrivée à Dongobesh la semaine passée, ralentissant énormément le travail sur le chantier. En effet, dès que la pluie pointe le bout de son nez, on couvre tout et on rentre se mettre à l’abri dans la voiture. Le travail recommence ensuite lorsque la pluie a passé, ce qui peut être assez long! Malheureusement, le ralentissement des travaux sur le terrain nous met dans l’impossibilité de compléter des projets connexes outre la coopérative de femmes.  Nous prévoyons donc mettre nos idées sur papier et possiblement octroyer un budget à notre organisme partenaire, MVIWATA Manyara, afin de réaliser ces projets.

23732338_10214238286489512_1216229942_o
La pluie qui a fait disparaître un tas de sable dans le canal

Le dossier de la coopérative de femmes a bien avancé cette semaine. En effet, avec l’aide de Komba de MVIWATA Manyara, une rencontre avec les femmes du village de Dirim a permis de sélectionner 20 femmes qui répondent aux critères et souhaitent s’engager dans la coopérative. La semaine prochaine devrait être consacrée à des formations pour les membres ainsi qu’au défrichage de la terre afin qu’elle soit prête pour les semences.

Une visite à l’école secondaire de la région a permis de nous donner quelques inspirations pour le logo de la coopérative et de faire faire une réflexion aux jeunes sur leur vision de la femme du futur.

Il ne nous reste maintenant qu’une semaine afin de terminer l’ensemble du projet. Cela inclut de construire 2 autres ponts (dont un qui est en construction actuellement) et de faire les petites boîtes de division de l’eau mentionnées plus haut. De plus, nous devons construire des deux petits monuments indiquant les informations du projet, un pour le canal et un pour le terrain appartenant à la coopérative de femmes. En dernier lieu, une longue corvée de ménage reste à faire afin de nettoyer le fond du canal et de disposer de tous les matériaux encombrants les berges de celui-ci. Une fois les berges libérées, nous pourrons y planter des végétaux afin de limiter l’érosion de la terre entourant le canal.

P.S. Si vous l’avez manquée, la chronique du Baobab #3 est disponible sur Facebook depuis la semaine dernière. Guettez également la parution de la quatrième chronique du Baobab, qui devrait paraître sous peu!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s